ET SI CHARLES MICHEL N’AVAIT PAS RENCONTRE LE VRAI PAUL KAGAME ?

 ET SI CHARLES MICHEL N’AVAIT PAS RENCONTRE LE VRAI PAUL KAGAME ?

 Nous avons lu avec intérêt l’article du grand media la RTBF intitulé « Le président rwandais Paul Kagame est-il mort, comme affirmé dans une vidéo ? ». L’article signé par Grégoire RYCKMANS est publié le lundi 15 mai 2021 à 13h03.

J’avoue que je ne dois pas être le seul rwandais à se sentir quelque peu soulagé du fait de voir cette question brulante de la mort du dictateur rwandais enfin posée par un grand média belge.

Je n’arrive toutefois pas à comprendre qu’un grand media comme la RTBF, malgré les moyens énormes à sa disposition, se soit privé de faire sa propre enquête afin d’éviter de colporter des rumeurs et de nourrir le doute sur un problème aussi crucial : la mort d’un président de la République !

Signalons en passant que l’absence de seulement 15 jours du Dr John Pombe MAGUFURI, le Président tanzanien, fait jaser plusieurs médias internationaux alors que la presse internationale était jusqu’ici unanime pour taire l’absence de 12 mois de Paul Kagame !

L’article en question met en cause notre version selon laquelle Paul Kagame est mort en 2020 d’un cancer fulgurant du cerveau, seulement sa clique s’est employée à tromper l’opinion nationale et internationale en organisant une survie artificielle en ligne du président défunt. Notre version est pourtant étayée par des faits concrets et des informations crédibles et concordantes que nous avons collectionnées d’auprès de personnes avisées et d’institutions bien informées.

I. LES FAITS : Une photo qui a fait tout basculer

1.En dates du 7 et 8 mars 2021, Charles Michel, président du Conseil Européen et Louise Mushikiwabo, secrétaire général de l’OIF, sont en visite officielle au Rwanda pour le lancement de la campagne nationale de vaccination contre le COVID-19.

2.Dans la journée du 08 mars le Newsroom de l’EU publie 26 photos sur l’événement. Une de ces photos montre Charles Michel visitant le Mémorial du génocide de GISOZI en compagnie d’une personne que la légende désigne sans vergogne comme le président du Rwanda, Paul Kagame.  Surpris, nous avons pris le soin de vérifier auprès de certains cadres de l’EU (prêts à témoigner !) si la photo en question était vraiment sur Newsroom réel de l’EU, ce qu’ils ont confirmé sans hésiter.

3.Nous avons tout de suite compris le stratagème qui venait élucider l’information que nous avions tenté de porter à la connaissance du grand public depuis des mois : Paul Kagame n’étant plus de ce monde, Kigali s’arrangeait pour présenter un faux Kagame aux invités et visiteurs du Rwanda en recourant à des sosies et à des masques !

4.Nous avons ainsi décidé de réagir en mettant en ligne sur notre chaine YouTube CIEL ET TERRE TV, une vidéo intitulée :  SCANDALE : J’ACCUSE CHARLES MICHEL (EU) ET L. MUSHIKIWABO (OIF) IMPLIQUES DANS LA MORT DE P. KAGAME, condamnant la supercherie destinée à se servir de la notoriété de ces deux personnalités comme couverture de la mort du président Paul Kagame pour des intérêts contraires à ceux du peuple rwandais.

5.Après notre intervention, nous avons déploré un acte volontaire et par la délictueux qui a été posé sur le NEWSROOM de l’EU : quelqu’un a effacé la légende de la fameuse photo qui présentait comme président de la République du Rwanda une personne qui, le masque aidant, ressemble étrangement à Paul Kagame. Cette personne fut finalement identifiée comme étant l’ex-prêtre Diogène BIDERI, cadre de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide.

Nous avons pu jalousement conserver la copie de cette photo avec sa légende originale et la joignons à cette article!

6.L’article de la RTBF-monde qui, par la voix du porte-parole Charles Michel, affirme :

« Je vous confirme que M. Michel a participé à une réunion en physique avec le président Kagame le 7 mars. Nous avons chargé nos services juridiques au Conseil d’étudier la possibilité d’introduire une plainte »

nous offre une occasion insigne de faire de la lumière sur « théâtre macabre » qui se joue régulièrement à Kigali pour couvrir le chaos institutionnel et la détresse indicible où végète le peuple rwandais actuellement suite à l’absence morale et physique du président défunt .

7.Et dès lors, nous estimons que la responsabilité de Charles Michel serait sérieusement engagée s’il venait à être établi que Paul Kagame n’est réellement plus capable de s’acquitter de ses devoirs présidentiels.  Il n’est pas superflu de rappeler que, selon article 105 de la Constitution rwandaise de 2015, l’incapacité permanente comme la mort physique du président signe la vacance du siège présidentiel.

II. QU’Y A- T- IL A ANNONCER AU GRANG PUBLIC ?

8. Le Président Paul Kagame a « physiquement » disparu de la scène politique nationale et internationale depuis le 25 mars 2020, où il était à Londres, puis à Haïfa en Israël pour se faire soigner.

A partir de cette date :

a. même les hauts généraux les plus influents de son armée ne l’ont plus aperçu !

b. il n’a plus posé aucun acte présidentiel

c. quelqu’un d’autre a toujours signé à sa place

d. tous les RDV où il devait représenter le Rwanda ont été ajournés, annulés ou honorés seulement en ligne.

9. L’absence de Paul Kagame a paralysé toutes les hautes institutions du pays notamment l’Assemblée nationale, le Gouvernement et les tribunaux. Seuls les organes de l’administration locale proche de la population (ISIBO, UMUDUGUDU, AKAGARI, UMURENGE) ont continué de fonctionner en exerçant une violence sans précédent sur la population comme pour les maintenir dans une terreur jamais égalée auparavant.

10. A chaque fois que nous avons posé la question de l’absence trop prolongée du président et de la violation des droits humains qui s’en suivait, une série d’événements fictifs ou truqués étaient organisés en ligne impliquant le Président Paul Kagame…juste pour allumer et maintenir le doute.

  1. Forts des informations en notre possession et épaulés par des spécialistes, nous avons toujours disséqué et analysé les vidéos et photos publiées par Kigali pour conclure à la supercherie notoire.
  2. Et malgré de nombreux appels désespérés de la population ( les déshérités de KANGONDO par exemple…) et de l’ Opposition, Paul Kagame reste silencieux et introuvable .

III. QUE CONCLURE ?

  1. Poser quelque question sur l’absence très prolongée du président Paul Kagame est actuellement qualifié de « crime » au Rwanda ! Le cas d’une brave compatriote du nom de IDAMANGE IRYAMUGWIZA Yvonne en dit long. Elle vient d’être arrêtée et déférée devant le juge pour avoir osé affirmer sur sa chaine YouTube dite IDAMANGE que le peuple rwandais était devenu comme « des brebis sans berger » étant donné qu’elle possédait des informations sérieuses sur la mort de Paul Kagame !
  2. Par ailleurs, tous les Rwandais gardent une mémoire vive et douloureuse de la complicité internationale qui a signé l’assassinat du Président Juvénal Habyarimana dans la soirée du 6 avril 1994, crime qui fut, selon les termes même de l’ONU, déclencheur du génocide rwandais. Et pourtant ce crime crapuleux n’a toujours pas été élucidé.

16.Dès lors, si Paul Kagame est toujours en vie et bien portant, comment expliquer qu’il ne soit visible qu’aux seuls étrangers et jamais accessible à son peuple qui a tant besoin d’un président réel et efficace ?

17.Charles Michel est la personne qui tient la clé de ce mystère : qu’il s’arrange pour ramener « son ami » Paul Kagame à la vie publique tant nationale qu’internationale et le débat sera aussitôt clos.

  1. En tout état de cause, il faudrait plutôt s’investir à aider le peuple rwandais à ouvrir la procédure du remplacement de Paul Kagame conformément aux dispositions constitutionnelles de l’article 105 tout en tenant compte du contexte particulier engendré par 27 années de dictature féroce : les blocages constitutionnels et légaux qui privent les opposants de l’essentiel de leurs droits civiques et politiques ; la question du retour de très nombreux réfugiés et celle de la libération des prisonniers politiques, la bonne entente avec les pays voisins…. Bref, la réussite des élections libres et démocratiques, la pacification et la stabilité du Rwanda… dépendront d’une succession intelligente et transparente de Paul Kagame.
  2. Je sens que le peuple rwandais est prêt et en droit de se mettre debout pour enfin faire face à son histoire douloureuse que d’aucuns ont largement instrumentalisée jusqu’à aujourd’hui, au point d’asservir une nation entière au diktat d’un tyran sanguinaire.

Thomas NAHIMANA

Président du Gouvernement du Peuple Rwandais en Exil.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :