HYPERLINK « http://www.leprophete.fr/2012/01/13/l-assassinat-du-pr%C3%A9sident-habyarimana-entre-certitudes-interrogations-et-enfumage-bernard-lugan/ » l « permalink » o « Lien permanent vers L’assassinat du président Habyarimana : entre certitudes, interrogations et « enfumage ». Bernard Lugan. »L’assassinat du président Habyarimana : entre certitudes, interrogations et « enfumage ». Bernard Lugan.

Bernard Lugan

Ce ne sont pas leurs conclusions que les juges Trévidic et Poux communiquèrent aux parties (défense, parquet et parties civiles) le mardi 10 janvier 2012, mais simplement le rapport des experts techniques (balistique, acoustique etc.,) mandatés  pour les éclairer sur la question de savoir d’où furent tirés les missiles qui, le 6 avril 1994, abattirent en vol l’avion du président Habyarimana.

Ce document qui sera soumis à contre-expertise ne constitue qu’un élément du volumineux dossier concernant l’assassinat du chef de l’Etat rwandais. Simple étape dans la procédure, il ne permet aucune extrapolation car il ne dit pas qui a, ou qui n’a pas, abattu l’avion présidentiel. Enfin, dans l’état actuel de la procédure et du dossier, cette pièce ne rend en rien obsolète l’ordonnance rendue par le juge Bruguière en 2006.

Revenons-en donc aux seuls faits.

Le 6 avril 1994 vers 20h 30, alors qu’il allait atterrir à Kigali, l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana fut abattu par deux missiles portables SAM 16 dont les numéros de série étaient respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835 ; or, comme cela a été établi devant le TPIR, l’armée rwandaise ne disposait pas de tels missiles.

La traçabilité de ces engins a été reconstituée : fabriqués en URSS, ils faisaient  partie d’un lot de 40 missiles SA 16 IGLA livrés à l’armée ougandaise quelques années auparavant. Pour mémoire, Paul Kagamé et ses principaux adjoints étaient officiers supérieurs dans l’armée ougandaise avant la guerre civile rwandaise.

Trouvèrent la mort dans cet acte de terrorisme commis en temps de paix, deux chefs d’Etat en exercice, les présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda et Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que deux ministres burundais, MM. Bernard Ciza et Cyriaque Simbizi. Parmi les victimes se trouvaient également le Chef d’état-major des FAR (Forces armées rwandaises), le général Deogratias Nsabimana, le major Thaddée  Bagaragaza, responsable de la maison militaire du président rwandais, le colonel Elie Sagatwa, beau-frère du président Habyarimana et chef de  son cabinet militaire, ainsi que l’équipage français composé de MM. Jacky Héraud, Jean-Pierre Minoberry et Jean-Michel Perrine, tous trois civils.

Quelques heures après l’attentat, dans la nuit du 6 au 7 avril, et alors que l’armée rwandaise avait été décapitée, les forces militaires du FPR rompirent le cessez-le-feu en vigueur depuis 1993 et entamèrent la conquête du pays. Cette offensive avait été soigneusement planifiée puisque des moyens en hommes et en matériel avaient été pré-positionnés comme cela a également été amplement mis en évidence devant le TPIR. 

Paralysée par l’embargo sur les armes et les munitions qu’elle subissait, l’armée rwandaise fut défaite. D’immenses tueries se déroulèrent dans le pays, le génocide des Tutsi étant selon le juge espagnol Merelles (2008), doublé d’un massacre de masse des Hutu par l’APR (Armée patriotique rwandaise), commandée par Paul Kagamé.

Depuis cet attentat, deux thèses s’opposent :

1) Celle de l’attentat commis par des « extrémistes hutu » qui auraient assassiné leur propre président ainsi que leurs propres partisans qui étaient à bord de l’avion afin de pouvoir déclencher un génocide qu’ils avaient programmé et préparé.

La principale faiblesse de cette thèse est que le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a, dans tous ses jugements concernant les « principaux responsables du génocide », que ce soit en première instance ou en appel, clairement établi qu’il n’y avait pas eu entente pour commettre ce génocide et qu’il n’avait donc pas été programmé.

2) Celle d’un attentat commis par le FPR sur ordre du général Kagamé afin de décapiter l’Etat rwandais et disposer d’un prétexte pour prendre militairement le pouvoir. Ethno-mathématiquement parlant, les élections prévues sous supervision de l’ONU allaient en effet donner une victoire automatique aux Hutu (+-90% de la population) sur les Tutsi (+-10%) et cela en dépit de leurs divisions. Cette thèse est notamment celle du juge Bruguière.

Saisi par les familles de l’équipage français et par la veuve du président Habyarimana, le juge Bruguière qui ne s’est pas rendu au Rwanda et qui a mené son enquête d’une manière classique, a rendu une ordonnance (novembre 2006) dans laquelle il accuse le président Kagamé d’avoir ordonné l’attentat qui coûta la vie à son prédécesseur.

Le juge Bruguière se fondait notamment, mais pas exclusivement, sur les déclarations et témoignages de plusieurs transfuges tutsi qui lui donnèrent force détails sur l’opération, dont les noms des membres du commando ayant abattu l’avion. L’un d’entre eux, Abdul-Joshua Ruzibiza, répéta ses accusations, sous serment cette fois, devant le TPIR et les procès verbaux des audiences concernées sont très clairs à ce sujet. Il se rétracta ensuite au sujet de ce qu’il avait déclaré au juge français, tout en confirmant ce qu’il avait dit aux juges du TPIR. Or, ses propos avaient été identiques. Puis, quelques semaines avant sa mort, il revint sur sa rétractation française et confirma devant les juges la version primitivement donnée au juge Bruguière. 

L’ordonnance de soit-communiqué rendue au mois de novembre 2006 par ce dernier allait très loin puisque des mandats d’arrêt contre plusieurs membres du premier cercle de Paul Kagamé furent lancés et qu’il recommanda au TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) d’inculper le président rwandais.

Le 6 février 2008, via Interpol, le juge espagnol Merelles qui soutient la même thèse que le juge Bruguière, lança plusieurs dizaines de mandats d’arrêt contre de hautes personnalités de l’actuel régime rwandais.

Le document remis aux parties par les juges Trévidic et Poux le 10 janvier remet-il en question cet exposé du dossier ?

Non, car la seule nouveauté qu’il contient concerne le lieu du tir des deux missiles. Selon le rapport d’expertise, ce lieu se situerait « probablement » dans le camp militaire de Kanombe, soit à une distance d’à peine deux à trois kilomètres de la ferme de Masaka identifiée comme point de tir par le juge Bruguière. De plus, et il est important de le préciser, cette « probabilité » n’est pas apparue aux experts balistiques à la suite d’une démonstration, mais par élimination et en raison des arguments de l’expert acoustique, ce qui devra être étayé lors de la contre-expertise.

Les juges Trévidic et Poux vont maintenant devoir confronter ce rapport d’expertise aux autres éléments du dossier. Ils vont ainsi et notamment devoir résoudre la question des étuis des deux missiles trouvés à Masaka, la question étant de savoir s’ils y ont été abandonnés par les tireurs de l’APR, ce qui ramènerait l’accusation dans le camp de Paul Kagamé, ou si, après avoir abattu leur propre président, leur propre chef d’état-major et leurs propres amis, les « extrémistes » hutu les y auraient déposés afin de faire croire à la responsabilité de l’APR/FPR.

Ils vont également devoir comparer le rapport d’expertise et ses « probabilités » à ceux des témoignages contenus dans le dossier et qui donnent avec une grande précision et une impressionnante quantité de détails le lieu du tir, à savoir Masaka, ainsi que les noms des deux tireurs et des membres de leur escorte, la marque et la couleur des véhicules utilisés pour transporter les missiles depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise, ainsi que le déroulé minuté de l’action.

Ce ne sera qu’à l’issue de leur enquête, au minimum dans plusieurs mois, que les juges rendront leur rapport. Jusque là, tout n’est que spéculation, désinformation, propagande, en un mot « enfumage ».

HYPERLINK « http://bernardlugan.blogspot.com/2012/01/lassassinat-du-president-habyarimana.html » t « _blank »Bernard Lugan

B Lugan ni muntu ki? (samedi, 14 janvier 2012 09:22)

Bernard Lugan, né le 10 mai 1946 à Meknès (Maroc), est un historien français spécialiste de l’Afrique. Docteur en histoire et docteur d’État ès lettres, cet africaniste a enseigné pendant onze ans (1972-1983) à l’Université nationale du Rwanda, pays dans lequel il a mené des fouilles archéologiques.

Contributeur régulier de plusieurs titres réputés proches de la droite ou de l’extrême droit. Il a été appelé comme expert de la défense par quelques-uns des principaux accusés de génocide au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Ses analyses sur l’Afrique du Sud, sur la colonisation, sur le génocide au Rwanda ont suscité des polémiques et lui ont valu des critiques[3].

MUSEMAKWELI URAVUGA UKULI – RNC na FDU na CNR na RDI MURUMVA? (samedi, 14 janvier 2012 08:53)

« Umunyapolitiki udashaka kubyumva ni uko asinziriye. Ceci dit, muri aya mezi atatu asigaye, icyo umuzungu ashaka kumenya ni uko koko haba hari abagabo basigaye mu Rwanda yaha ubutegetsi akabashyigikira bigacamo. Niba muri aya mezi atatu Kagame yongeye agatsinda, mumenye ko rapport izasohoka uko yateganyijwe. Umuzungu icyo ashaka kumenya ni iki: Ese abanyarwanda bageze koko igihe nk’icy’abarabu mu mwaka ushize? Niba icyo gihe kitaragera, rapport izasohoka yeza Kagame ibyaha byose aregwa. Ngibyo nguko ni uko isi yacu ikora, abwirwa benshi akumvwa na bene amatwi. Ngaho muramukane Imana, murare aharyana ahataryana harare Umwanzi w’abanyarwanda. »

MUREKURE ABAFUNZE MUMAGURU MASHYA (samedi, 14 janvier 2012 08:43)

FRANCE ECONOMY KURI MUTEREMUKO!!! (samedi, 14 janvier 2012 08:34)

http://www.theaustralian.com.au/business/wall-street-journal/france-spain-italy-among-eurozone-nations-downgraded-by-standard-and-poors/story-fnay3ubk-1226244330493

Musemakweri = idiot (samedi, 14 janvier 2012 07:34)

Musema ni idiot;ni interahamwe.Uyu Musema atuye mu Bwongereza.Uyu Musema ni interahamwe .Yari agiye kwica umugore we mu Bwongereza akoresheje umuhoro.Umugore we yitwa Monique Hishamunda mwese muramuzi kandi ni umututsikazi.Ubu baratandukanye ntibabana.None reba uyu mutwa arimo kwandika hano ngo abahutu bishyire hamwe bongere bateme abatutsi.

Yewe Musema ni idiot kabisa.

Mafurebo (samedi, 14 janvier 2012 03:52)

Merci Bernard!!!

Je retiendrais surtout la dernière phrase de votre réflexion: »jusque là, tout n’est que spéculation, désinformation, propagande, en un mot, enfumage « .

Il ne reste plus qu’à attendre et voir si le Juge Marc Trévidic est aussi clairvoyant,aussi intraitable,aussi.

…qu’on nous l’a souvent dit!!!

Mafurebo

itangazo (samedi, 14 janvier 2012 03:33)

Twamaganye ibinyoma bya Twagiramungu,afatangije nizi ngirwa bapadiri,

Icya mbere:Barashaka kwishira mu mwanya wa bapererezi bakuru,bashaka gushinja,ibyo batahagazeho.

Ubutabera rero mwe nkabahezanguni ba banyacyangugu mwishize hamwe ariko nta cyo muzagera ho,abanyarwanda bashize hamwe tuzabarwanya.

murye muri menge rero.

Mafurebo (samedi, 14 janvier 2012 02:36)

Rappelons nous d’une chose:les experts disent que le tireur des missiles pouvait se trouver en six endroits différents.Il n’est dit nul part qu’il était obligatoirement posté au camp muilitaire de Kanombe!Mais pour se donner bonne conscience,Kagame et ses acolytes ,pour crédibiliser leur dires(Voir Rapport Mucyo=un tissu de mensonges:Dixit Alain Juppé!),ont choisi(à la place du juge!) que c’est bien du camp Kanombe que sont partis les missiles de l’apocalypse!!!

Je serais à la place de Marc Trévidic,je me poserais les questions suivantes:

-pourquoi cet empressement du gouvernement rwandais à pointer du doigt un seul endroit parmi les six ?

-pourquoi SEUL le camp des accusés(par le FPR!) ( compris la famille du président assassiné,même les condamnés du TPIR d’Arusha) demande que l’enquête puisse aller plus loin pour démasquer et châtier le commanditaire de cet ignoble attentat?Seraient-il masochistes?!!

Voilà les questions que le monde entier(plus particulièrement les rwandais) se pose!

Dans ses attendus,est-il en mesure de nous donner les réponses satisfaisantes à ces questions??

De deux choses ,l’une:

-Ou bien le juge Trévidic va se montrer aussi intrépide et intraitable que les médias nous l’ont vendu,au quel cas Kagame et ses assassins ont eu tort de poivoiser,à l’image de la Ministre Mushikiwabo dans sa déclaration livrée au monde entier!!

-Ou bien il va subir les pressions conjuguées de Washington,Londres et Paris(si ce n’est déjà fait!!)!Si tel est le cas,adieu l’indépendance qu’on lui ventait!!

Nous autres qui ignorons tout des méandres politico-judiciaires,nous continuerons de chanter: »Le juge qui se voulait incorruptible a été acheté!!! »,et nous n’aurons pas totalement tort!!

N’allons pas trop vite en besogne et attendons son rapport!!

Mafurebo.

HYPERLINK « http://www.fpr.fr » t « _blank »Habanabakize (samedi, 14 janvier 2012 01:52)

Habyarimana yishwe n’umtu wo muli MINUAR afatanije n’abasilikare ba FPR. Ibyo alibyo byose akaboko k’umuzungu ntikabuze muli iki gikorwa. Imana izabiduhishurire vuba.

5. Un détail intéressant: le maniement des missiles SA16. Selon le rapport, le maniement de ces missiles demande une expertise sophistiquée. Sous-entendu, aucun ruandais ne sait les manier! La piste nous mène tout droit chez les blancs. Ne fêtons pas avant le temps: aucun ruandais n’a exécuté matériellement la sale besogne. C’est une affaire des blancs. Autre chose est de savoir qui les a envoyés ou qui a donné le top. Mais, à ce niveau, on peut conclure sans risques d’erreur, que l’avion de Habyarimana a été abattu par un commando blanc! Il est maintenant question de savoir s’il s’agit des français ou des belges parce que les deux se trouvaient à Kigali, soit comme coopérants (français), soit comme éléments chargés de veiller sur la sécurité de la ville de Kigali (Belge). Dans tous les cas, si les deux ne se sont pas mis d’accord pour faire l’affaire, ils sont tous deux au courant de celui qui a détruit l’avion. Les deux étaient parfaitement capables d’installer leurs engins à un certain point de Kanombe et faire tomber le ciel sur les ruandais! Personne ne contrôlait les français pour être alliés des FAR et personne ne contrôlait les belges pour être de la MINUAR chargés de protéger toute la ville et les alentours! Boom! Les blancs nous ont endeuillés!!!!

6. Le doute sur l’attitude du FPR: Si le FPR savait que les missiles avaient été tirés par les extrémistes hutu pour démarrer le génocide, la date du début de génocide n’allait pas être le 7 avril, sinon le 6. Donc, le FPR a quelques réponses à donner.

Conclusion: Le rapport est une digression pour amuser la galerie des hutu et des tutsi mais les intérêts se trouvent ailleurs! Soit l’affaire de cet avion est tellement lourde qu’on veut la charger sur les épaules de ceux qui n’ont plus de voix; soit on est en marche vers la vérité. Quelqu’un a dit un jour: “quelle que soit la longueur de la nuit, le jour finit par apparaître!”. Le temps est l’ennemi du mensonge!

Zaninka Evodie.

naragenze ndabona (samedi, 14 janvier 2012 01:49)

Dore ibyo umuhungu wa nduhungirehe wiyita rwemarika yanditse:

Chers netters,

Je viens de réécouter, sur Youtube, une interview à la BBC de Jean-Luc Habyarimana, fils du Président assassiné, lors de la sortie du Rapport Mutsinzi, en 2009. Jean-Luc a précisé qu’il a été témoin oculaire de l’attentat contre l’avion de son père et a assuré, avec certitude, que les tirs ne sont pas venus de derrière lui, c’est-à-dire du camp Kanombe, mais de devant, c’est-à-dire de la colline de Masaka.

Après la sortie du rapport technique de Trévidic et Poux, on aurait pu s’attendre à ce que le fils Habyarimana conteste vigoureusement les conclusions de ce rapport et confirme avoir personnellement vu une boule de feu s’élancer dans les airs à partir d’un et unique site, la colline de Masaka ! Mais curieusement, interrogé par la BBC il y a deux jours, il n’avait plus la même certitude. Jean-Luc a plutôt déclaré que peu importe le lieu d’où sont partis les tirs, le principal était d’identifier l’auteur de l’attentat, suggérant même que le FPR, en tant que mouvement de guérilla, avait une capacité énorme d’infiltration, jusqu’à Kanombe.

En d’autres termes, le fameux « témoin oculaire » s’accommoderait visiblement de tirs venant de Kanombe, tant qu’on prouve que c’est le FPR qui a abattu l’avion ! Cette attitude n’est-elle pas très étrange ? Comment diable un témoin oculaire, qui avait bien vu les missiles partir de Masaka, puisse maintenant envisager que les missiles auraient pu, après tout, provenir d’un autre endroit, y compris Kanombe ?

Après Abdul Ruzibiza et Jean-Louis Bruguière, Jean-Luc Habyarimana serait-il donc le troisième imposteur, victime du rapport technique de Trévidic et Poux ?

Kubeshya ni bibi nyamara !

Bonne journée.

Ndashimira Noël Ndanyuzwe wa CNR-Intwari!! (samedi, 14 janvier 2012 01:40)

Nimwiyumvire igitekerezo cye kuri Raporo ya Trévidic aho agira ati:Uwarashe Habyarimana arazwi.Ntibizoroha nakwambiya!!!

http://jkanya.free.fr/

Mahurebo.

Musemakweri (samedi, 14 janvier 2012 00:22)

yeee! Mbere yo kwinjira mu kirago reka mbanze ngire icyo mvuga kuri iyi nyandiko ya Lugan, kimwe n’abandi banyabushake bwiza bakomeje kwandika. Kuba iyi rapport ya Trévidic ituzuye, nta kerekana ko umwanzuro wa nyuma nawo utazaza wunga mu byasohotse muri rapport. Nongere menyeshe abari ku uru rubuga, ko igihe cyose uri nyirambonabihita (ni ukuvuga utari umuacteur mu biri gukorwa, ahubwo uri spectateur) ugomba no kwitegura kwakiira les mauvaises surprises. Ndagirango mbamenyeshe ko ibyatangajwe ku mateleviziyo y’isi yose byunga mu byo Kagame na Mushikiwabo bavuze atari effet du hasard, ahubwo ari programme. Kuvuga ko bahaye amezi atatu abashaka kugira icyo babivugaho, ni urwitwazo rwo kwerekana ko bafite intentions nziza, ariko umugambi warangije gucurwa. Nimukiringire na rimwe icyo abazungu b’umutima mwiza bavuga, kuko bene aba bene wabo igihe cyose birinda kubashyira muri coup. Niyo cas ya Bernard Lugan. Ugira ngo ndabeshya yibaze impamvu Peter Erlinder yavungiwe mu Rwanda ari umunyamerika, akambikwa roza akogoshwa n’ibindi bya mfura mbi bikorerwa imfungwa nyarwanda, guvernoma ya Obama habe na gato ngo iramagana icyo gikorwa cy’urukozasoni. Guhera ubu rero mumenye ibi: Twaraguzwe. Kandi uzaturengera si umuzungu ni twebwe ubwacu. Umunyapolitiki udashaka kubyumva ni uko asinziriye. Ceci dit, muri aya mezi atatu asigaye, icyo umuzungu ashaka kumenya ni uko koko haba hari abagabo basigaye mu Rwanda yaha ubutegetsi akabashyigikira bigacamo. Niba muri aya mezi atatu Kagame yongeye agatsinda, mumenye ko rapport izasohoka uko yateganyijwe. Umuzungu icyo ashaka kumenya ni iki: Ese abanyarwanda bageze koko igihe nk’icy’abarabu mu mwaka ushize? Niba icyo gihe kitaragera, rapport izasohoka yeza Kagame ibyaha byose aregwa. Ngibyo nguko ni uko isi yacu ikora, abwirwa benshi akumvwa na bene amatwi. Ngaho muramukane Imana, murare aharyana ahataryana harare Umwanzi w’abanyarwanda.

Musema.

Ilde BASA (samedi, 14 janvier 2012 00:02)

et ces « plusieurs mois » seront décisives. On peut d’ores et déjà imaginer les tractations diplomatiques qui suivront pour opacifier définitivement tout espoir de vérité sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là.

semasaka (vendredi, 13 janvier 2012 23:55)

Mwiliweho mwese bakunzi b’uru rubuga.

Ngarutse kubyo Mushikiwabo yavugiye ku maradiyo, yemeza ko juje Burugeri akora fiction politique byanteye kwibaza ahubwo niba we azi ibyo yavugaga kuko yakoresheje amarangamutima menshi hejuru ya rapport technique itali na conclusion y’abacamanza.Muli make uko gusiganywa n’igihe kwa mushikiwacu gufite ibyo guhishe…, uretse ko nta n’uwamurenganya wabona nawe alibyo aba yatumwe hanyuma kugirango atiyubikira imbehe,ahubwo akemera kwitandukanya na logique. INKONO IHIRE IGIHE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :