Massacre imminent en RDC et au Burundi: Le Gouvernement du Peuple Rwandais en Exil dénonce une entente criminelle

Massacre imminent en RDC et au Burundi: Le Gouvernement du Peuple Rwandais en Exil dénonce une entente criminelle

Communiqué de Presse

 

Nous dénonçons une «  entente  Kagame-Tshisekedi » en vue de commettre un nouveau massacre en République Démocratique du Congo et au Burundi.

I. En conformité avec les délibérations de son conseil extraordinaire tenu à Paris en date du 21/10/2019, le Gouvernement du Peuple Rwandais en Exil saisit cette occasion pour attirer l’attention de la Communauté Internationale sur « un accord inédit », doublement  criminel,  entre Messieurs Paul Kagame, Président de la République du Rwanda et  Félix  Tschisekedi , Président de la République Démocratique du Congo.

II. Sous les apparences  fallacieuses d’ «une alliance-choc entre quatre pays » (Rwanda, République Démocratique du Congo, Ouganda et Burundi)  en vue d’un motif noble d’ « éradiquer les groupes armés opérant sur le sol congolais », trois objectifs hautement criminels sont en réalité visés par l’armée de Paul Kagame, qui en fin de compte est l’unique instigateur et le seul bénéficiaire de cette louche entreprise, à savoir :

  1. Le massacre systématique des milliers de réfugiés hutu rwandais, rescapés des massacres précédents (voir Rapport Mapping ) et croupissant toujours dans le dénouement des forêts congolaises depuis 25 ans, lâchement abandonnés par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) ;
  2. Le soutien aux rebelles burundais Créés, entrainés et armés par Paul Kagame en vue d’attaquer et détruire les institutions démocratiques du Burundi afin d’y réinstaller un régime tyrannique mono-ethnique à l’instar du Rwanda actuel ;
  3. Le pillage sauvage des ressources de la République Démocratique du Congo.

III. Nous alertons l’Union Africaine sur les conséquences cataclysmiques en termes de perte de vies humaines, de destruction de biens et d’insécurité régionale que risque de provoquer une telle invasion militaire, tant illégale qu’illégitime.

IV. Nous soutenons de tout cœur les populations congolaises du Kivu qui appréhendent déjà les multiples dangers qui vont bientôt les frapper de plein fouet, livrées en pâture par leur gouvernement aux armées étrangères  et ennemies à bien des égards.

V. A notre humble avis, le gouvernement du Burundi devrait redoubler d’attention et sortir rapidement et officiellement d’une pseudo-alliance qui, en réalité, n’est qu’une tragique conspiration contre son peuple et contre la souveraineté de la République du Burundi. Selon les informations en notre possession, ladite « guerre contre les groupes armés » en RDC se transformera vite en « Campagne militaire très puissante » contre l’armée Burundaise.

VI. Nous osons espérer que le Président Félix Tschisekedi se réveille vite et se rende rapidement compte, d’un côté,   des manipulations  et appétits inassouvis de conquêtes  de son encombrant allié Paul Kagame et, de l’autre,  du gouffre  où il risque de se précipiter lui et son peuple, en autorisant une  nouvelle guerre d’agression contre le territoire de son propre pays.

VII. Nous appelons toutes les forces vives de l’opposition rwandaise à braver les lourdeurs qui l’ont handicapé depuis 25 ans et oser :

  1. Organiser « Les Etats Généraux de l’Opposition Démocratique »,
  2. Initier, dans les plus brefs délais, « une plus large coalition » pour arrêter ce nouveau bain de sang que Paul Kagame et son armée veulent subir à nos compatriotes réfugiés et aux populations sœurs de la Région de Grands Lacs,
  3. Dessiner ensemble les contours de l’après-Kagame.

 

Fait à Paris, ce 22 Octobre 2019

Abbé Thomas NAHIMANA,

Président du Gouvernement du Peuple Rwandais en Exil

Tél : +33 6 63 95 50 74

Email : nahimanathom@gmail.com

Comments are closed.