Communiqué de presse :« NOUS AVONS FORMÉ UN GOUVERNEMENT RWANDAIS EN EXIL »

Communiqué de presse :« NOUS AVONS FORMÉ UN GOUVERNEMENT RWANDAIS EN EXIL »

DSC_0062

 Son Excellence Immaculee Kansiime, Ministre des Affaires étrangères et Porte Parole du GREX.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

« NOUS AVONS FORMÉ UN GOUVERNEMENT RWANDAIS EN EXIL »

Nous, 30 citoyennes et citoyens rwandais, Représentants de partis politiques d’opposition, Leaders d’organisations de la société civile, Activistes et Militants des droits de l’homme, réunis en conclave extraordinaire du 17 au 19 à Paris en France, dans l’intérêt de promouvoir l’avènement d’un gouvernement démocratique soucieux de protéger les justes intérêts du peuple rwandais ;

I.Ayant constaté que le Gouvernement Rwandais dirigé par le Général Paul Kagame :

 

  1. A fermé complètement l’espace politique pour en faire un monopole exclusif du Front Patriotique rwandais, parti politique du dictateur Paul Kagame au pouvoir depuis 23 ans ;
  2. A pris une décision anticonstitutionnelle et violé d’autres lois nationales en refusant injustement le droit d’accès au territoire rwandais à l’équipe de Monsieur l’Abbé Thomas Nahimana, le leader du Parti ISHEMA et candidat aux élections présidentielles d’Août 2017. En date du 23/11/2016, en effet, le Gouvernement de Paul Kagame a émis une injonction ordonnant à toutes les compagnies de transport aérien desservant Kigali de ne jamais prendre à bord Monsieur l’abbé Thomas Nahimana et son équipe. Dès lors, ces citoyennes et citoyens rwandais se sont vus débarqués des vols internationaux à destination de Kigali à deux reprises, le 23/11/ 2016 à Nairobi (Kenya) et le 23/01/2017 à Bruxelles (Belgique);
  3. S’est rendu coupable de fraudes électorales massives lors des élections présidentielles de 2003 et 2010 donnant Paul Kagame pour vainqueur, alors qu’en réalité il les avait perdues ;
  4. A modifié l’article 101 de la Constitution rwandaise de 2003, à travers un referendum truqué tenu en Décembre 2015, destiné à ouvrir au dictateur Paul Kagame la voie à une présidence à vie ;
  5. Arrête, détient, tue (André RWISEREKA) ou exile les leaders des partis politiques d’opposition, les journalistes et les membres des organisations de défense des droits de l’homme non inféodés au pouvoir en place ;
  6. A injustement emprisonné et condamné à perpétuité Mr. Déogratias MUSHAYIDI pour le seul motif qu’il luttait pour que son rêve d’un changement positif dans la gouvernance de son pays devienne une réalité;
  7. A emprisonné et condamné arbitrairement à 15 ans de prison ferme Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA, rentrée au pays en 2010 pour enregistrer son parti et jouer un rôle dans la vie politique de son pays ;
  8. A emprisonné sans raison valable Mr. Théoneste NIYITEGEKA, condamné Mr. Bernard NTAGANDA à quatre ans de prison ainsi que plusieurs autres personnes pour le seul motif qu’ils militent pour un changement politique dans le pays ;
  9. A réduit les organes judiciaires à des instruments dont il se sert pour emprisonner un très grand nombre de citoyens dont la plupart sont détenus sans dossiers de justice, tandis que d’autres ont des dossiers fabriqués de toutes pièces et que d’autres enfin sont maintenus longtemps en prison même après avoir purgé leur peine;
  10. Utilise les services de sécurité pour l’exécution d’actes honteux de torture, de violence, de meurtres et d’emprisonnements arbitraire de citoyens innocents dans des cachots souterrains et d’autres lieux inconnus et inaccessibles aux membres de familles des victimes ;
  11. A maintes fois lancé des expéditions militaires contre les camps de réfugiés rwandais avec l’intention manifeste d’exterminer impunément un grand nombre de citoyens dans les forêts congolaises;
  12. Continue à mener sa politique de poursuite contre les réfugiés rwandais dans les pays d’accueil pour les déstabiliser, saboter leur sécurité et ôter la vie à certains d’entre eux (Colonel Patrick KAREGEYA);
  13. A déployé et maintient des dizaines de milliers de soldats armés sur toutes les collines du pays pour semer la terreur et l’inquiétude parmi les citoyens ;
  14. Promeut des politiques criminelles destinées à appauvrir la population et à la faire mourir de faim, telles que la démolition généralisée de maisons appartenant aux plus pauvres, la confiscation de leurs terres, la destruction organisée de leurs cultures, l’éradication systématique de leurs bananeraies, la contrainte à l’application d’une monoculture qui ne répond pas aux intérêts des agriculteurs forcés à se grouper dans des coopératives qui en fait visent à faciliter leur exploitation ;
  15. A joué un rôle déterminant dans la provocation de la famine connue sous le nom de « Nzaramba » et, au lieu de prendre des mesures appropriées pour secourir la population menacée par cette famine, le Gouvernement de Kagame recourt à la manipulation de l’opinion et vante le Rwanda comme un modèle de développement jamais vu en Afrique auparavant ;
  16. Pratique la ségrégation dans l’octroi de l’emploi et des bourses d’études; la discrimination dans la prise en charge des orphelins et veuves ainsi que l’exclusion dans la prestation de services administratifs de tous les jours ;
  17. Monopolise toutes les sociétés commerciales, tue et fusille au grand jour les citoyens les plus pauvres dits « ABAZUNGUZAYI» qui recourent au commerce ambulant pour subvenir aux besoins de leur progéniture ;
  18. Détourne les biens de l’Etat et mobilise les fonds publics pour permettre au dictateur Paul Kagame d’acquérir des jets privés et qu’il loue en retour au gouvernement à des tarifs exorbitants, même quand ils sont utilisés dans le cadre de ses intérêts personnels et de ceux de sa clique ;
  19. Provoque des guerres répétitives et entretient des conflits sanglants dans les pays voisins, spécialement en République Démocratique du Congo et au Burundi, au dépens des intérêts du Rwanda, pays actuellement vu comme dirigé par un dictateur belliciste et très arrogant dont les prétentions sont, à juste titre, considérées comme une menace réelle à la sécurité de toute la Région des Grands Lacs ;
  20. Commet bien d’autres forfaits dont la liste exhaustive serait trop longue.

 

II. NOUS ESTIMONS QUE :

 

  1. Ce Gouvernement de Paul Kagame a déjà perdu toute légitimité et n’a plus le soutien du peuple Rwandais car cela fait longtemps qu’il ne promeut plus ni ne protège les intérêts du peuple rwandais dont, au contraire, il menace dangereusement et continuellement la sécurité ;
  2. Les citoyens Rwandais ont désormais besoin d’une voie crédible pour organiser une résistance efficace afin de démontrer par des actions concrètes qu’ils ne sont pas faits pour être des esclaves du Gouvernement dictatorial de Paul Kagame et de sa clique ;
  3. La communauté internationale et les pays amis du Rwanda devraient revoir les conditions de leur soutien à ce Gouvernement qui viole la constitution et les autres lois du Rwanda, torture les citoyens qu’il est censé protéger et foule aux pieds les accords internationaux qu’il a pourtant signés ;
  4. Quant à nous, à partir de cette date du 20 Février 2017, nous considérerons le Gouvernement de Paul Kagame comme un gouvernement illégitime et indésirable.

III. POUR TOUTES CES RAISONS,

Nous portons à la connaissance du peuple Rwandais, des amis du Rwanda et de la communauté internationale ce qui suit :

1.Nous instituons un « Gouvernement Rwandais en exil»

2.Nous créons un Conseil National des Sages

3.Nous créons un Conseil National de la Jeunesse

IV. MISSION ET RESPONSABILITES DE CE GOUVERNEMENT RWANDAIS EN EXIL

 

  1. Se préparer à remplacer le Gouvernement de Paul Kagame devenu illégitime et indésirable.
  2. Plaider la cause des réfugiés rwandais et organiser leur secours en cas de besoin.
  3. Plaider la cause des citoyens rwandais de l’intérieur qui vivent sous l’oppression leur imposée par le Gouvernement de la clique de Paul Kagame.
  4. Faire tout ce qui est possible pour pousser le Gouvernement de Paul Kagame à arrêter de commettre impunément des actes de violence contre la population et à lever toutes les barrières qui empêchent les rwandais exilés de rentrer librement et pacifiquement.
  5. Solliciter l’aide des pays amis du Rwanda pour qu’ils mettent la pression sur le Dictateur Paul Kagame en fin de deuxième mandat constitutionnel pour qu’il respecte les principes de la démocratie et laisse les autres leaders émerger librement pour le bien suprême du peuple rwandais.

Au cas où le Dictateur Paul Kagame choisirait de s’entêter et maintiendrait sa pratique de mépriser les autres citoyens tout en se croyant au-dessus de la loi :

  1. Demander des sanctions internationales contre son Gouvernement illégitime et indésirable
  2. Encourager le peuple Rwandais à s’organiser rapidement pour chasser du pouvoir le Gouvernement de Paul Kagame par une Révolution populaire non- violente.

 

V.Du Conseil National des Sages

 1.Il est ouvert à tous les citoyens de plus de 35 qui le désirent.

2.Il a pour mission de rassembler les contributions, les idées et les conseils constructifs qui aideraient le Gouvernement du Peuple Rwandais à conduire le Rwanda et les Rwandais vers la bonne gouvernance à laquelle ils aspirent tant. Ce sera un cadre propre aux sages désireux d’influencer positivement l’avenir politique de leur pays natal.

VI.Du Conseil National de Jeunesse

 1.Il est ouvert à tous les femmes et les hommes de mois de 35 ans soucieux de contribuer au changement positif qu’ils souhaitent pour leur pays, le Rwanda.

2.C’est un cadre institutionnel par lequel la Jeunesse se mobilise et s’exerce à la bonne gouvernance de leur pays.

VII. LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT RWANDAIS EN EXIL SONT LES SUIVANTS:

 

  1. Président de la République: Abbé Thomas NAHIMANA
  2. Premier Ministre: Mr. Abdallah AKISHURI
  3. Vice-Premier Ministre: Madame Nadine Claire KASIINGE
  4. Ministre de la Culture, de la Famille, et de la Promotion Féminine: Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA représentée par Madame Nadine Claire KASIINGE
  5. Ministre des Affaires Etrangères: Madame Immaculée KANSIIME UWIZEYE
  6. Ministre de la Justice: Mr. Déogratias MUSHAYIDI représenté par Mr. Vénant NKURUNZIZA
  7. Ministre de l’information: Mr. Chaste GAHUNDE
  8. Ministre de l’Intérieur et du Développement Local: Mr. Daniel NDUWIMANA
  9. Ministre des Finances et du Commerce: Madame Marine UWIMANA
  10. Ministre de l’Education: Madame Chantal MUKAMANA MUTEGA
  11. Ministre Chargé de la Protection des Réfugiés et de l’Eradication des causes de l’exil : Madame Virginie NAKURE
  12. Ministre de l’Infrastructure et de l’Habitat: Abbé Gaspard NTAKIRUTIMANA
  13. Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et des Terres: Mr. Jean Léonard SEBURANGA
  14. Ministre de la Santé et des Affaires Sociales : Madame Spéciose MUJAWAYEZU

 

VIII. Les commissions interministérielles sont les suivantes :

 

  1. Commission des Affaires Etrangères
  2. Commission des affaires Economiques
  3. Commission de l’Information
  4. Commission de la Sécurité

 

IX. Les Porte-Paroles du Gouvernement en exil sont :

 

  1. Mr. Chaste GAHUNDE
  2. Madame Immaculée KANSIIME UWIZEYE
  3. Madame Marine UWIMANA

 

X.Sont nommés six Hauts Conseillers (6)

XI. Le Gouvernement Rwandais en exil mettra en place d’autres organes au fur et à mesure que le besoin se fera sentir.

 

CONCLUSION

 

XII. CE QUE NOUS ATTENDONS du Gouvernement devenu illégitime et indésirable de Paul Kagame pour que l’on puisse arriver, sans préjudice et dans l’intérêt de tous, aux changements positifs dont le peuple a besoin :

  1. Accepter de rencontrer et « négocier » avec le Gouvernement Rwandais en exil dans les plus brefs délais.
  2. Ouvrir les frontières du pays et l’espace politique au plus tard le 23/03/2017, en permettant à tous les citoyens rwandais vivant à l’étranger qui le désirent de rentrer au pays en paix ; en libérant les prisonniers politiques sans conditions ; en levant tout blocage imposé aux partis politiques de l’opposition désireux de s’enregistrer et participer aux élections présidentielles d’Août 2017 .

 

Au cas où rien n’est fait jusqu’àu 23/03/2017:

  1. Reporter les élections présidentielles prévues pour Août 2017, les programmer pour Août 2019 et renvoyer les élections parlementaires à Novembre 2019.
  2. Former un Gouvernement de transition d’union nationale où siégeraient également les partis politique d’opposition ; avec pour mission d’organiser et de superviser des élections présidentielles et parlementaires libres et transparentes.
  3. Nous rappelons pour terminer que, en dehors de rumeurs propagées par les moins informés, les articles 101 et 172 de la constitution Rwandaise telle que révisée en Décembre 2015 n’autorisent nullement au président sortant Paul Kagame de briguer un troisième mandat.

 

 Fait à Paris, ce 20/02/2017

Chaste GAHUNDE

Ministre de l’Information

Porte-Parole du Gouvernement Rwandais en Exil

Contacts: rwandanpeople.gov@gmail.com

Tél : +33643601311 / +33652110445

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.