CAS DIANE RWIGARA: Lettre ouverte au Secrétaire Général de l’ONU

CAS DIANE RWIGARA: Lettre ouverte au Secrétaire Général de l’ONU

Cas de Madame Diane Shima Rwigara, malmenée au Rwanda

Cas de Madame Diane Shima Rwigara, malmenée au Rwanda

Click here to read English version

Bruxelles, le 31 août 2017

Son Excellence Antonio Guterres
Secrétaire  Général de l’ONU
UN Headquarters
First Avenue at 46th Street
New York, NY 10017
USA

Objet : Cas de Madame Diane Shima Rwigara, malmenée au Rwanda

Monsieur le Secrétaire  Général,

Le  RifDP  est  fortement préoccupé par  la  situation très  délicate   dans   laquelle  se trouve  Mme   Diane   Shima   Rwigara,  situation  qui   risque   l’altérer   son   intégrité physique.

Nous   nous   permettons de  vous  interpeler parce  qu’un  de  vos  Etats  membres, à savoir  le Rwanda, est entrain de  piétiner les objectifs mondiaux de  développement durable tels qu’adoptés lors du 70ème  anniversaire de votre Institution.

En 2015, vous  vous  étiez  engagés notamment en faveur de  la Paix,  en  ces termes :
« Nous  sommes déterminés à favoriser l’avènement de sociétés  pacifiques, justes et inclusives,  libérées   de   la  peur   et  la  violence.   En  effet,   il  ne  peut   y  avoir   de développement durable sans paix ni de paix sans développement durable ».

Dans  le cas que  nous  vous  exposons, le Rwanda est  loin  de  favoriser l’avènement d’une société  pacifique, juste et inclusive, libérée  de la peur  et la violence  car Mme Shima  Rwigara est malmenée juste parce  qu’elle est une  candidate malheureuse aux dernières élections  présidentielles. Elle a subi  des violences  vis-à-vis  de son intimité, elle avait  assuré ne pas  avoir  peur…  mais  aujourd’hui l’Etat rwandais a prouvé au monde entier  qu’il est résolu  à continuer à cultiver le climat de peur  et de violence  en mettant aux arrêts  Madame Diane Shima Rwigara et toute  sa famille.

Il sied  de rappeler que  Feu Rwigara, père  de Diane,  est décédé en 2015 au Rwanda, dans  des circonstances plus que floues.

Nous  sommes très préoccupées par  le non-respect de deux  objectifs en particulier – les objectifs  5 et  16 -, même  si nous  pouvons émettre des  observations quant aux autres objectifs.

L’objectif 5 exhorte les pays  à « parvenir à l’égalité des  sexes  et autonomiser toutes les femmes  et les filles ». Le gouvernement rwandais se targue d’avoir le plus  grand nombre en Afrique, sinon  au monde, de femmes  parlementaires. Dès lors, comment un tel pays  ne peut-il pas tolérer  l’émergence d’autres femmes,  juste parce qu’elles ne sont  pas en phase  avec le pouvoir ? Madame Diane  Rwigara rejoint la liste, déjà très longue, de  femmes   n’ayant  pas  le  droit   d’exercer  leurs  droits politiques, la  plus célèbre d’entre elles étant  Mme Victoire Ingabire Umuhoza.

L’objectif 16, quant à lui, vise à « Promouvoir l’avènement de sociétés  pacifiques et ouvertes à  tous  aux  fins  du  développement durable, assurer l’accès  de  tous  à  la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ». Le Rwanda est loin de promouvoir une  société  pacifique dès qu’il ne   permet  pas   une   société   plurielle,  où   chacun  de   ses  habitants  est   libre   de s’exprimer.  Les  institutions sont  loin  d’être  ouvertes à  tous  du  moment que  l’on risque  la prison dès qu’on aspire  à une fonction suprême.

Monsieur le Secrétaire  Général,

Vous  vous  êtes  engagés, vis-à-vis  de  l’Humanité,  à «… à éliminer la pauvreté et la faim, sous toutes leurs  formes  et dans  toutes leurs  dimensions, et à faire en sorte que tous  les êtres  humains puissent réaliser  leur  potentiel dans  des conditions de dignité et d’égalité et dans  un environnement sain ».
Nous  vous  interpelons afin que vous  puissiez rappeler au Rwanda ses engagements, chaque être humain ayant  le droit  de réaliser  son potentiel et dans  des conditions de dignité et d’égalité acceptables.

Par  ailleurs, vous  vous  êtes  engagés à « … un  suivi  et un  examen systématiques à différents niveaux, selon les modalités prévues dans  le [présent] Programme et dans le Programme d’action d’Addis-Abeba. Agissant sous les auspices de l’Assemblée générale et du Conseil  économique et social, le forum politique de haut  niveau jouera un rôle central  dans  le contrôle du suivi et de l’examen au niveau mondial ».

Nous   vous   exhortons  donc   à  user   des  pouvoirs  vous   conférés   par   l’Assemblée générale afin  de  faire  respecter ces  objectifs  au  niveau du  Rwanda. Nous   osons espérer que  vous  n’attendrez  pas  quinze ans  avant   d’évaluer  la  réalisation et  le respect  des prérogatives de ces objectifs par les pays membres.

L’avenir  de  la planète est entre  nos  mains.  « Il est aussi  entre  les mains  des  jeunes d’aujourd’hui, qui transmettront le flambeau aux générations futures ». Monsieur le Secrétaire  général, faites en sorte  que Madame Diane  Shima  Rwigara fasse partie de ces jeunes qui transmettront le flambeau de la liberté  aux générations futures.

Veuillez agréer,  Monsieur le Secrétaire  Général, toute  notre  considération.

Perpétue Muramutse, RifDP au Canada (sé)
Marcelline Nyiranduwamungu, RifDP  en Belgique (sé)
Gloria Uwishema, RifDP aux Pays-Bas (sé)

Copie pour information

– Commission de l’Union européenne
– Missions  diplomatiques et consulaires à Kigali, Rwanda
– Femmes  parlementaires et sénatrices rwandaises à Kigali, Rwanda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.